La lavande du Quercy

Aux origines de la lavande

On trouve trace de son utilisation dès l’Antiquité. Les Romains l’employaient couramment pour parfumer les bains (son nom découlant du verbe latin Lavare : laver), pour désinfecter l’eau destinée aux nourrissons, pour parfumer le linge.

Au Moyen-Age, son usage se répand grâce aux nombreux ouvrages publiés. Mais c’est au début du XXème siècle que l’on comprend réellement ses pouvoirs.


En effet, on relate souvent l’histoire du chimiste M. Gattefossé, considéré comme un des pères fondateurs de l’aromathérapie contemporaine qui, se brûlant gravement lors d’une manipulation dans son laboratoire, soigna ses plaies grâce à l’huile essentielle de lavande prouvant alors ses extraordinaires propriétés antiseptiques et cicatrisantes.

Mais on devrait plutôt parler de lavandes au pluriel. En effet confusion est souvent faite avec sa cousine la lavande aspic ainsi que le résultat de leur croisement, le lavandin :

Lavande Angustifolia ou Lavande Vraie

Nom ancien : L. officinalis, L. vera.

Nom commun : lavande fine, lavande officinale, lavande vraie.

Elle prend le nom de lavande de population lorsqu’elle est semée, mais si elle est multipliée par boutures on parle alors de lavande clonale.
Elle pousse spontanément sur les sols montagneux arides et calcaires.
On la trouve à l’état naturel en Algérie, Croatie, Espagne, Sicile, Sardaigne, France, Italie, Slovénie.
C’est la plus recherchée des lavandes pour la qualité de son huile essentielle.

Lavandulia Latifolia ou Lavande Aspic

Nom ancien : L.spica

Son odeur est forte car très camphrée.
Ses tiges ramifiées vont de 30 à 80 cm de haut.
Elle pousse naturellement sur des sols calcaires secs sur tout le pourtour méditerranéen occidental (Tunisie, Algérie, Espagne …)
Elle craint les températures inférieures à – 15°.
On la cueille surtout en Espagne.
Elle a héritée de son nom suite à l’observation de son efficacité sur les suites des morsures de vipères aspic.

Lavandula X Intermedia ou Lavandin

Il s’agit d’un hybride naturel entre lavande fine et lavande aspic. Si ce croisement s’est effectué au départ du fait de la pollinisation des insectes, sa culture est issue d’une multiplication par bouturage.

Elle forme de grandes touffes arrondies.
Cultivée à partir des années 50 en Provence. Si son rendement en huile essentielle est très important, ses vertus thérapeutiques sont, elles, nettement moins notables d’où son utilisation majoritairement réservée à l’industrie des produits d’entretien.

Pour compléter la palette très variée de ces lavandes, on trouve également la lavande stoechade ou lavande papillon (corse, dordogne, afrique du nord entre autres), la lavande laineuse (sud Espagne), la lavande dentée (ou lavande anglaise) ou lavande pinnata (canaries) ou bien encore la lavandula viridis (espagne et Portugal).

La lavande dans le Quercy

D’anciens ouvrages agricoles décrivent la culture de la lavande. Dans l’ouvrage d’André Pueyo on peut lire que la lavande est cultivée dans le Quercy dès les années 30.
Les plants viennent alors du Vaucluse, de la Drome et de l’Isère.
Tout d’abord boudée par les parfumeurs de Grasse, elle sera largement appréciée pour la qualité de son huile essentielle après la 2ème guerre mondiale.

En 1950, on recense plus de 200 producteurs sur les communes aux alentours de Martel, et en 1963 on ne compte pas moins de 12 distilleries dans le Quercy (sur les départements du lot et du Tarn et Garonne) et une 50aine de communes où l’on cultive de la lavande. La production d’huile essentielle représente alors environ 10% de la production nationale.
Les dernières parcelles seront arrachées dans les années 1970 période qui marque également l’arrêt de la distillerie de Martel.

 

Les vertus de la lavande fine

L’huile essentielle de lavande officinale (100%pure et naturelle) est reconnue par les aromathérapeutes comme ayant de nombreuses vertus : elle est calmante, sédative, antidépressive, cicatrisante, régénératrice et désinfectante cutanée, et anti-inflammatoire, antispasmodique, antivénéneuse et répulsive

Elle est peut également être classée comme un arôme alimentaire et rentrer dans la composition de recettes culinaires.
Mais attention une huile essentielle est un puissant concentré végétal et son emploi nécessite toujours les conseils avisés d’un thérapeute.

Enregistrer

X
- Entrez votre position -
- or -